Chronique #19 : Chantage et manipulation

La manipulation n’est pas en soi mauvaise et tous nous en faisons. C’est l’intention sous-jacente à la manipulation qui peut devenir perverse.

Chantage et Manipulation.

Dans tout couple existe nécessairement une certaine lutte pour le pouvoir. Pour l’illustrer, j’utilise le symbole d’un jeu d’échecs et d’un jeu de dames comme représentation du couple. Ce sont deux jeux qui se jouent sur un même terrain, mais qui ne peuvent pas se jouer en même temps, mais de façon alternative.

Cette lutte est très saine si elle se fait dans le respect et la confiance réciproques.  Si chacun affirme ses règlements du jeu et accepte d’apprendre les règlements du jeu de l’autre, le couple développera un nouveau jeu satisfaisant pour les deux joueurs. Cette lutte permet à chaque partenaire de prendre sa place dans le couple et d’exprimer ses attentes face à la vie à deux, le couple étant au service des deux partenaires.

Malheureusement, de nombreux couples s’enlisent dans une lutte malsaine, une lutte à finir, où l’un cherche à avoir raison sur l’autre, à imposer ses règlements du jeu et à refuser d’apprendre les règlements de l’autre. On se retrouve alors dans un déséquilibre relationnel où l’un des deux se soumet et l’autre fait du chantage ou de la manipulation pour obtenir ce qu’il ou elle veut.

Le chantage est un procédé utilisé pour obtenir de quelqu’un ce qu’on désire en utilisant des moyens de pressions psychologiques. Les principaux moyens utilisés par le manipulateur ou la manipulatrice sont la jalousie, la faiblesse, le pouvoir, la servitude, la culpabilité et la peur.

Techniques de chantage
1. La jalousie : Tu n’as pas le droit d’exister en dehors de moi
2. La faiblesse : Je ne suis rien sans toi ; je n’ai d’existence que par toi
3. Le pouvoir : Tu agis comme je veux, sinon… je te quitte
4. La servitude : Je te suis tellement utile que tu ne pourras jamais me quitter
5. La culpabilité : Tout est de ta faute si ça ne marche pas entre nous
6. La peur : Si tu me quittes, je te tue (ou je me suicide)

La personne manipulatrice est souvent perçue en public comme sympathique, séduisante, charmante, altruiste, cultivée… mais se montre tyrannique dans l’intimité. Les manipulateurs sont souvent des gens intellectuellement brillants, sachant manier la logique et l’argumentation, mais comme ils sont émotionnellement attardés et égocentriques, ils utilisent leurs ressources pour isoler leurs victimes de leur entourage et les dévaloriser afin de les garder sous leur pouvoir.

La personne objet de la manipulation est souvent avide d’amour et se sent redevable à celui ou celle qui lui démontre de l’attention. Au début de la relation, elle se sent mise sur un piédestal. Toutefois, avec le temps, elle en vient à douter d’elle-même et à perdre son estime et sa confiance personnelles. L’angoisse, la confusion, la culpabilité… deviennent son lot quotidien. De nombreux symptômes psychosomatiques (insomnies, céphalées, eczéma, troubles respiratoires…) prennent place lorsque la manipulation perdure. Dans les pires cas, cette relation pathologique mène à la dépression et au suicide.

Le manipulateur possède un âge psycho-affectif d’un enfant de cinq ans dans un corps et une tête d’adulte. Son sens moral est peu développé et il n’éprouve aucune compassion ou empathie pour les autres. Son unique objectif est la satisfaction de ses besoins et désirs ; il n’accepte aucune frustration. Lorsqu’il sent que son partenaire lui échappe, il sait se montrer gentil pour le reconquérir et mieux tisser sa toile autour de lui. Il ment facilement pour parvenir à ses fins. L’autre doit être à son service.

La victime d’un manipulateur est généralement douée pour la générosité et l’empathie, mais se culpabilise facilement : « Tout est de ma faute ».  Elle manque de confiance en soi et recherche quelqu’un qui semble sûr de lui. Elle nie souvent les évidences et refuse d’admettre la perversité de leur partenaire. Elle croit que son amour viendra à bout de tout et l’aidera à guérir. Admettre la vérité, après avoir tant investi et pendant si longtemps, serait trop douloureux, inacceptable. C’est pourquoi il lui est si difficile de songer à la séparation.

Sortir de la dynamique complémentaire manipulateur – manipulé n’est pas simple et exige beaucoup de doigté car les deux ont besoin l’un de l’autre, tout en se détruisant l’un l’autre : ils sont co-dépendants. Le manipulé empêche le manipulateur de s’épanouir « émotionnellement » en ne s’affirmant pas ; le manipulateur empêche le manipulé de prendre la responsabilité de sa vie en l’étouffant d’attention. L’un et l’autre s’empêchent de grandir !

Les manipulateurs et les manipulés peuvent être autant des hommes que des femmes. Ils se retrouvent aussi dans toutes les couches de la société. En général, la personne manipulée n’a pas écouté sa petite voix qui, au départ de la relation, lui murmurait à l’oreille : « Attention ! Il semble y avoir anguille sous roche ».

P.S. À mes amis et contacts belges : AGAP’o organise une conférence sur la manipulation avec Isabelle Nazare-Aga le mercredi 03 octobre 2018 à Ottignies. Inscription ici.

•     •    •     •     •

Informations diverses

Inscrivez-vous et inscrivez vos parents et amis à mon infolettre en allant en bas de page. Vous trouverez mes chroniques précédentes ici.

Vous pouvez me joindre en tout temps ici. Je lis tous mes courriels, mais ne peux vous promettre d’y répondre ou d’y répondre rapidement.

Je vous invite à visiter ma plateforme de formation où vous trouverez de nombreuses vidéos sur le couple.

Pour des consultations individuelles ou conjugales en présence ou par Internet ou pour organiser des conférences ou ateliers, contactez-moi par courriel.

Pour une formation accréditée de 60 heures en thérapie conjugale positive axée solutions et à court terme, consultez cette page.

Je vous souhaite une excellente journée et beaucoup de bonheur seul et à deux.

Retour haut de page