Chronique #14 : Avouer son infidélité ?

Doit-on avouer une infidélité ou non ? Et si oui, que doit-on dire ? Et ne pas dire ?

Les chiffres sont très variables concernant le pourcentage d’hommes et de femmes infidèles au moins une fois dans la vie. Shere Hite, dans ses deux rapports sur la sexualité des hommes et des femmes, croit que 75 % de ceux-ci seraient infidèles. Son échantillon n’est toutefois pas représentatif de l’ensemble des couches de la population.

Les recherches méthodologiques[1] faites sur l’ensemble de la population, des couches les plus libertines aux plus conservatrices, conclue plutôt qu’environ 25 % des hommes et 20 % des femmes auraient une aventure extra-conjugale une fois dans leur vie. Les sondages de certains magazines rapportent des chiffres qui avoisinent les 50 %, peu importe le sexe.

Mais, peu importe qui a raison, l’infidélité toucherait un couple sur deux. Est-ce possible d’y survivre ? Ou de la prévenir ?

Dois-je avouer mon infidélité ?
Il n’existe pas de réponse toute faite à cette question. Tout dépend de votre motivation, car contrairement à une certaine croyance populaire, l’infidélité est rarement banale. Révéler votre infidélité vous soulagera, mais chargera votre partenaire. Si vous voulez blesser votre partenaire en lui avouant votre infidélité, vous réussirez certainement. Par contre, si vous annoncez votre infidélité pour éclaircir le malaise qui existe dans votre couple et pour améliorer votre relation, je vous encourage à le faire. Mieux vaut alors crever l’abcès, même si subsistera une cicatrice à vie. La seule bonne raison pour avouer son infidélité, aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est parce que vous voulez redevenir fidèle.

Aux couples qui viennent me consulter suite à une infidélité de l’un et/ou de l’autre, je présente toujours celle-ci comme un « infarctus conjugal ». Peu importe qui a été infidèle, c’est le couple qui en subit les contrecoups. Mais, comme pour un véritable infarctus, si on change les conditions de vie, si l’on abaisse les sources de stress, si on recrée de l’intimité tant verbale que sexuelle, alors là, oui, le couple pourrait survivre à une infidélité. Mais n’allez pas croire que toute infidélité peut devenir thérapeutique.

Il vous faut être très clair sur les raisons qui vous pousserait à avouer votre infidélité car le dévoilement de l’infidélité pourrait détruire votre couple. Près de 45 % des couples divorcent lorsque l’infidèle avoue de lui-même, mais ce pourcentage grimpe à 86 % si son partenaire découvre l’infidélité après que l’infidèle l’ait longtemps niée. En moyenne, deux couples sur trois divorcent après l’annonce d’une aventure extraconjugale.

Mieux vaut retarder l’annonce de l’infidélité si votre partenaire vit un moment difficile, comme la mort d’un parent proche par exemple. Mieux vaut taire votre infidélité si vous le faites pour soulager votre conscience ou si vous savez que votre partenaire ne le supporterait pas et vous quitterait ou encore si vous avez déjà décidé de quitter votre partenaire. D’un autre côté, le secret encourage la poursuite de la relation infidèle. La honte, la culpabilité et l’ambivalence qui accompagnent une vie parallèle risquent de pourrir votre relation jusqu’à la séparation ; mieux vaut alors confronter la situation. Il est préférable de taire une infidélité ancienne à laquelle vous avez mis fin, malgré vos remords de conscience, et le fait que vous vivez avec une « épée de Damoclès » au-dessus de votre tête. J’ai en mémoire un couple consultant où la dame avait appris l’infidélité de son partenaire plus de 25 ans après le fait et qui se demandait qui était l’homme avec lequel elle avait passé toutes ces années.

Comment annoncer mon infidélité ?
L’annonce d’une infidélité provoque presque presque toujours une explosion. Pour en minimiser les dégâts, assurez-vous d’être motivé par un désir réel d’améliorer votre couple et choisissez un moment d’accalmie. Assurez-vous aussi que votre partenaire est au meilleur de sa forme physique et mentale, car vous aurez à contrôler votre propre hostilité et votre tendance à vous défendre devant la réaction de colère compréhensible de votre partenaire.

N’accusez surtout pas votre partenaire d’être le responsable de votre infidélité : « Si tu me disais plus souvent que tu m’aimes ou si tu faisais plus souvent l’amour avec moi, ce ne serait jamais arrivé ». Pour éviter que votre partenaire imagine le pire, ne répondez qu’à des questions légitimes (qui, quand, où), car plus vous donnerez de détails, plus votre partenaire aura de choses à vous pardonner. Soyez patient(e) et laissez à votre partenaire la possibilité de vous exprimer sa colère, sa déception, son sentiment de trahison, sa tristesse… Ne défendez pas votre amant(e) si votre partenaire le critique. Dites que vous l’aimez et que c’est pour cette raison que vous « confessez » votre infidélité : pour sauvegarder et améliorer votre relation car vous avez mis ou voulez mettre fin à votre escapade. Demandez-lui de vous aider à le faire.

N’espérez pas un pardon immédiat. Au contraire, vous risquez d’en entendre parler longtemps. Acceptez que votre partenaire revienne régulièrement sur la situation même s’il ne se rend pas compte que vous passez un moment terrible, que vous êtes rongé de remords, que vous aussi avez mal. Comprenez que sa souffrance l’empêche de voir la vôtre. Acceptez d’aller en thérapie si votre partenaire le propose. C’est un signe qu’il veut comprendre et qu’il ne vous rejette pas parce que vous avez été infidèle à votre couple.

Pour prévenir ou survivre à une infidélité, visionnez cette vidéo.

[1] Langis, Germain, La sexualité humaine, Erpi, 2009, p 189.

•     •    •     •     •

Informations diverses

Inscrivez-vous et inscrivez vos parents et amis à mon infolettre en allant en bas de page. Vous trouverez mes chroniques précédentes ici.

Vous pouvez me joindre en tout temps ici. Je lis tous mes courriels, mais ne peux vous promettre d’y répondre ou d’y répondre rapidement.

Je vous invite à visiter ma plateforme de formation où vous trouverez de nombreuses vidéos sur le couple.

Pour des consultations individuelles ou conjugales en présence ou par Internet ou pour organiser des conférences ou ateliers, contactez-moi par courriel.

Pour une formation accréditée de 60 heures en thérapie conjugale positive axée solutions et à court terme, consultez cette page.

Je vous souhaite une excellente journée et beaucoup de bonheur seul et à deux.

Retour haut de page